Actualités

Bilan 2016 : baisse pour la délinquance et une vigilance à maintenir pour la sécurité routière

 
 
Jeudi 2 février 2016, Didier Lauga, préfet du Gard, a présenté à la presse le bilan 2016 de la lutte contre la délinquance et de la sécurité routière en présence d’Eric Maurel, procureur de la République près le tribunal de grande instance de Nîmes, de Nicolas Hennebelle, procureur de la république prés le tribunal de grande instance d’Alès, du Colonel Stéphane Lacroix, Commandant du groupement de gendarmerie du département, de Jean-Pierre Sola, directeur départemental de la sécurité publique, de Frédéric Pech, directeur départemental de la sécurité publique du Vaucluse, de Jean-Paul Pichard, chef de circonscription interdépartementale de sécurité publique Tarascon/Beaucaire, d’Olivier Delcayrou, sous-préfet d’Alès, de Gilles Bernard, sous-préfet du Vigan et de Carl Accettone, directeur de cabinet du préfet du Gard.

En dépit, d’une population gardoise en constante augmentation avec une croissance démographique d’environ 1 % par an (environ 7 000 habitants supplémentaires) et une situation sociale dégradée (3ème rang national pour le taux de chômage, 5ème rang pour la pauvreté et 1 habitant sur 10 résidant dans un quartier classé en politique de la ville), les chiffres de la délinquance dans le Gard témoignent d’une baisse sensible par rapport à 2015.

1 les atteintes aux biens

Les atteintes aux biens sont en baisse de -3,8 % par rapport à 2015. La baisse est continue depuis 2012. Cet indicateur regroupe la délinquance de proximité (cambriolages, vols avec violences, actes de vandalisme …) et divers vols simples (à l’étalage, dans les chantiers ou les exploitations agricoles). En 2016, les atteintes aux biens représentent 24 885 faits (soit -974 faits par rapport à 2015). Le Gard enregistre donc une baisse de -3,8 % alors que cette baisse est de -1,8 % au niveau national.

2 les atteintes aux personnes

Les atteintes aux personnes sont en baisse de -6,6 %. La majorité des faits ne sont pas crapuleux et l‘on constate une baisse des violences physiques non crapuleuses de 4,2 % (-129 faits), une baisse des vols avec violence de 23,7 % (-274 faits) mais une hausse sensible des violences sexuelles +10,32 % (+ 32 faits).

 3 les actions de prévention de la délinquance :

Les actions de prévention de la délinquance se sont poursuivies, notamment dans le cadre du Fonds Interministériel de Prévention de la Délinquance (FIPDFonds Interministériels de Prévention de la Délinquance).

Ainsi, ce fonds, d’un montant de 298 394euros, a permis notamment de conduire des actions liées à la prévention de la radicalisation (75 000 euros), à l’équipement de vidéo protection (64 957 euros), à la sécurisation de sites sensibles (5 767 euros) et des écoles (275 148 euros) et au financement de gilets pare-balles (27 894 euros).

Par ailleurs, 14 armes de l’État ont été remises à des policiers municipaux. Il a été signé :

  •  11 protocoles de participation citoyenne (43 au total dans le département),
  •  10 chartes de préventions des fêtes votives (42 au total dans le département),
  •  8 conventions de coordinations police municipale/forces de l’ordre (75 au total dans le département).

4 La sécurité routière :

58 personnes ont perdu la vie sur les routes gardoises en 2016 (contre 69 en 2015), soit une baisse de -16 %. Le nombre d’accidents et de blessés ont respectivement baissé de -18% et de -17,7 %.

Les principales causes de la mortalité routière sont :

  •  l’alcool + drogues : 40 % des usagers sont tués dans un accident ou au moins un usager a consommé de l’alcool et/ou un stupéfiant
  •  la vitesse : 26 % des accidents mortels
  •  et les autres « fautes de comportement » (dépassement dangereux, utilisation du téléphone portable)

40 % des tués sont des usagers vulnérables (23 tués sur 58) à savoir 6 piétons, 2 cyclistes et 15 deux roues motorisés.

30 % des usagers vulnérables sont tués dans un accident ou au moins un usager a consommé de l’alcool et/ou stupéfiant.

 

DSC_0107 (640x427)