Actualités

Comité de pilotage relatif au contournement routier ouest de Nîmes

 
Comité de pilotage relatif au contournement routier ouest de Nîmes

Jeudi 16 février, Didier Lauga, préfet du Gard, et l’ensemble des partenaires co-financeurs ont tenu une conférence de presse à la suite du comité de pilotage relatif au contournement routier ouest de Nîmes.

Étaient présents à cette réunion : Jean-Luc Gibelin, vice-président du conseil régional Occitanie, Pascal Bonnifet, directeur mobilité du conseil départemental du Gard, Richard Flandin, adjoint au maire délégué aux aménagements urbains, à la voirie et à l’éclairage public et Jean-Yves Wozniak, adjoint au maire, représentant Jean-Paul Fournier, sénateur-maire de Nîmes, Jean-Luc Descloux, maire de Milhaud et conseiller communautaire, représentant Yvan Lachaud, président de la communauté d’agglomération de Nîmes Métropole, Christophe Rivenq, directeur de cabinet, représentant Max Roustan, président de la communauté d’agglomération d’Alès, Francis Carreaud, adjointe du maire de Caveirac, représentant Gérard Trauchessec, maire de Caveirac et Cyril Portalez, directeur régional adjoint à la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL). 

À partir du 27 février, la concertation sur le contournement ouest de Nîmes s’ouvrira. Un large dispositif est mis en place à cette occasion (réunions publiques, expositions, documentation, site internet…) pour permettre aux habitants et acteurs du territoire de prendre connaissance du projet et d'exprimer leurs remarques.

Très attendu, le projet de contournement ouest de Nîmes doit permettre de mieux relier la RN106 à l’autoroute A9, en s’affranchissant des contraintes urbaines dans Nîmes.

Ce nouvel équipement raccordera à terme le pays Cévenol à l'arc autoroutier méditerranéen et contribuera au développement de l'ouest de l'agglomération nîmoise.

Le projet a été relancé en 2015 avec une inscription de 10 M€ au contrat de plan Etat-Région 2015/2020 ainsi répartis : 50% Etat et 50 % collectivités partenaires (1/3 Région Occitanie-Pyrénées-Méditerranée, 1/3 Département du Gard et 1/3 agglomérations d’Ales et de Nimes). Ce financement permettra de réaliser les études, les acquisitions foncières et les premiers travaux.

Essentiel pour réduire les difficultés actuelles sur la RN106 dans Nîmes, le contournement ouest de Nîmes est porté par l’État et les collectivités partenaires (Conseil régional Occitanie, Conseil départemental du Gard, Alès Agglomération et Nîmes Métropole, Pôle Métropolitain Nîmes-Alès).

De plus, trois communes sont directement concernées par le tracé : Caveirac, Milhaud et Nîmes.

RN106 : un axe structurant à réaménager, en liaison avec l'A9

La RN106 relie les Cévennes, depuis le sud lozérien, au couloir languedocien. Elle prend une importance particulière en raccordant le pôle industriel alésien aux axes de transports rapides de l’arc méditerranéen. C’est pourquoi elle a déjà été aménagée à 2x2 voies avec statut de route express entre Alès et La Calmette, sur 28 kilomètres.

Au-delà, jusqu’à l’entrée nord de Nîmes, la route nationale alterne des créneaux à 2x2 voies et à 3 voies. Des aménagements sont prévus pour avoir à terme une infrastructure à 2x2 voies jusqu’à l’entrée Nord de Nîmes. Plus au sud, l’itinéraire actuel de la RN106 s’inscrit directement dans la ville, constituant le boulevard Ouest de Nîmes sur une longueur de 7 km environ. Ce boulevard traverse des zones urbaines de plus en plus denses jusqu’au giratoire de la sortie A9 de Nîmes Ouest. Ce secteur a déjà fait l’objet d’aménagements partiels de requalification, notamment en termes de protections sonores et de sécurisation des carrefours (Paratonnerre, La Cigale, Kennedy).

La RN 106 accueille à la fois les trafics de transit, d’échange et local, répondant à plusieurs fonctions : desserte d’un large territoire, accès à l’agglomération nîmoise et déplacement dans la zone urbaine dense. Elle supporte donc jusqu’à 45 000 véhicules par jour sur sa partie la plus chargée, sans être dimensionnée en conséquence. S’ensuivent des ralentissements et des congestions pour les usagers et des nuisances pour les riverains.

Sur un territoire attractif, aussi bien pour les populations que pour les activités économiques, on entrevoit une augmentation de ces fréquentations dans les années à venir. Il devient désormais prioritaire de prévoir un nouvel aménagement pour offrir de nouvelles alternatives de déplacement de transit et d’échanges : le contournement ouest de Nîmes.