Actualités

Déplacement du 1e Ministre & du garde des sceaux,ministre de la Justice à la maison d’arrêt de Nîmes

 
 
Déplacement du 1e Ministre & du garde des sceaux,ministre de la Justice à la maison d’arrêt de Nîmes

Lundi 8 août 2016, Didier Lauga a accueilli, Manuel Valls, Premier ministre et Jean-Jacques Urvoas, garde des Sceaux, ministre de la Justice pour une visite de la maison d’arrêt de Nîmes.

Cette visite s’est déroulée en présence notamment de Françoise Dumas, William Dumas et Fabrice Verdier, députés du Gard, Vivette Lopez, sénatrice, Jean Denat, représentant Carole Delga, présidente de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Denis Bouad, président du département du Gard, Jean-Luc Descloux, conseiller communautaire représentant Yvan Lachaud, président de la communauté d’agglomération de Nîmes-Métropole, Franck Proust, député européen et adjoint à la mairie de Nîmes représentant Jean-Paul Fournier, sénateur-maire de Nîmes, Michel Desplan, procureur général et Laure Beccuau, procureure de la République prés le Tribunal de Grande Instance (TGITribunaux de grande instance) de Nîmes.

La maison d’arrêt de Nîmes a été mise en service le 25 novembre 1974. Elle est située dans le ressort de la cour d’appel de Nîmes et reçoit des personnes détenues relevant du tribunal de grande instance de Nîmes et d’Alès. Depuis la fermeture de la maison d’arrêt d’Alès en 1990 et de la maison centrale de Nîmes, elle est l’unique établissement pénitentiaire du département.

D’une capacité de 192 places pour 352 places opérationnelles, l’établissement accueille des condamnés, dont l’emprisonnement n’excède pas 2 ans et des prévenus, hommes et femmes majeures.

Cet établissement fait face à des difficultés compte tenu de la surpopulation carcérale mais certains travaux ont été réalisés afin d’assurer une meilleure sécurité du bâtiment et améliorer sensiblement les conditions de vie des détenus.

Toutefois, le contexte reste difficile et le 1er ministre ainsi que le ministre de la justice ont tenu à souligner l’engagement du personnel pénitentiaire. Par ailleurs, une enveloppe de 200 000 euros a été débloquée afin de réaliser une étude de faisabilité sur une éventuelle extension de cette maison d’arrêt.

IMG_7511 (640x478)

--

DSC_0040 - Copie (640x427)

--

DSC_0064 (640x427)

--

IMG_7522 (640x478)

--

IMG_7531 (640x478)

--

DSC_0084 (640x427)

--

IMG_7585

--

DSC_0093 (640x427)

--

DSC_0102 (640x427)