Actualités

EDF et ses partenaires engagés dans une démarche dynamique ssuite à l'arrêt de la centrale d'Aramon

 
 
Dans le cadre du programme Energies du Gard lancé, suite à l’arrêt d’exploitation de la centrale thermique d’Aramon, un diagnostic territorial a été réalisé au 1er trimestre 2016.
Une période de concertation s’en est suivie avec l’ensemble des parties prenantes concernées. Une démarche structurée de co-construction du programme « Energies du Gard » a été lancée : elle permet de développer plusieurs projets qui sont mis en œuvre par EDFÉlectricité de France et ses partenaires.

EDFÉlectricité de France a souhaité concrétiser cette démarche en constituant un comité partenarial de développement et en signant une charte de coopération pour le développement du site, avec les parties prenantes concernées.

 Ainsi, le lundi 6 février 2017, Francois Lalanne, secrétaire général de la préfecture représentant Didier Lauga, préfet du Gard, a signé cette charte de coopération avec Patrice Prat, député du Gard, Catherine Eysseric, conseillère régionale représentant Carole Delga, présidente de la région Occitanie, Gérard Blanc, conseiller départemental, représentant Denis Bouad, président du département du Gard, Claude Martinet, président de la communauté de communes du pont du Gard, Michel Pronesti, maire d’Aramon, Jean-Marc Roumeas, trésorier adjoint de la chambre de commerce et d’industrie représentant Francis Cabanat, président de la chambre de commerce et d’industrie du Gard, Jean-Guy Majourel, délégué régional adjoint EDFÉlectricité de France occitnie et Laurent Munier, directeur du centre de post exploitation EDFÉlectricité de France.

Cette Charte formalise donc la volonté d’EDFÉlectricité de France d’associer les parties prenantes à l’évolution du site d’Aramon. Il s’agit notamment de  fédérer l’ensemble des partenaires concernés par ce site, de coordonner leurs réflexions et leurs propositions, d’établir un protocole de fonctionnement fixant les prérogatives et responsabilités de chacun et d’évaluer la faisabilité de l’implantation de nouveaux projets sur le site.

 Ce comité partenarial de développement sera ainsi en charge d’analyser et donner un avis les demandes d’implantation sur le site, et de proposer les décisions stratégiques en lien avec le développement et l’aménagement du site.

Dans le cadre de la stratégie de développement du site, les projets sont privilégiés. Ainsi, plusieurs filières sont identifiées, comme celles de l’énergie, en lien avec le développement durable et la dynamique économique locale, la valorisation des déchets industriels et produits de recyclage, la possibilité d’installer des PMEPetites et moyennes entreprises/PMIPetites et moyennes industries Protection maternelle et infantile (bureaux d’études, maintenance, distribution de matériels industriels etc…) en soutien du tissu économique local.

 Afin d’évaluer les différents projets d’implantation, le Comité Partenarial de Développement veillera à leur pertinence fonctionnelle ; à leur valeur ajoutée locale : densité d’emploi, effet d’entraînement sur l’économie locale, à leur insertion dans l’environnement : limitation des nuisances, qualité paysagère, économie d’énergie, réduction d’émissions de gaz à effet de serre.

 Enfin, au sein de cette instance, les techniciens « développeurs » des territoires concernés sont particulièrement chargés de l’instruction et du suivi des projets d’implantation, en coordination avec les équipes missionnées par EDFÉlectricité de France. Ils assurent une première lecture du projet au regard des critères de la charte et rapportent devant le Comité Partenarial de Développement.

DSC6608 (640x308)

---

Capture