Actualités

Exercice de recherche et sauvetage aéroterrestre (SATER)

 
Exercice de recherche et sauvetage aéroterrestre (SATER)

Mardi 22 mars, le préfet du Gard, en association avec l’armée de l’air, a organisé avec les différents acteurs de la sécurité civile du département un exercice dans le cadre du plan SATER (sauvetage aéroterrestre), sans la participation de la population.

Le plan SATER est un plan départemental « Organisation de la Réponse de Sécurité Civile » (ORSEC) spécialisé, arrêté par le préfet, dont l’objet est la recherche précise et le sauvetage d’aéronefs en détresse et de leurs occupants.

L’objectif principal de cet exercice était de tester le fonctionnement, tant au niveau national que local, de l’organisation prévue par les pouvoirs publics et les différents organismes, impliqués dans la gestion d’une situation d’urgence lors de disparitions inquiétantes d’aéronefs.

Le préfet du Gard s’est rendu sur les lieux du crash fictif afin de constater, sur le terrain, la mobilisation et l’organisation des différents acteurs.

341 professionnels étaient mobilisés pour cet exercice. Parmi eux, 84 sapeurs-pompiers du Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDISService départemental d'incendie et de secours) du Gard déployés sur le site du crash.

Par ailleurs, 30 personnes, dirigées par Carl Accettone, directeur de cabinet du préfet du Gard, en tant que directeur opérationnel de secours (DOS), coordonnaient les opérations à la préfecture, au centre opérationnel départemental (COD).

Étaient également présents pour cet exercice, le personnel de la Gendarmerie nationale, le SAMUService d'aide médicale urgente, la Croix Rouge, l’Association Départementale des Radioamateurs au Service de la Sécurité Civile (ADRASEC), 30 élèves de l’École Nationale de Police (ENPÉcole Nationale de Police) en tant que plastrons sur le site du crash, et 30 autres de l’ENPÉcole Nationale de Police ainsi que 10 élèves de l’Institut de Formation pour les Soins Infirmiers (IFSI) de la Croix Rouge, sur le site de l’aéroport Nîmes-Garons, qui avait activé, pour l’occasion, sa propre cellule de crise chargée d’assurer la prise en charge des familles et des victimes.

L’intervention de 5 hélicoptères a été nécessaire pour la réalisation de cet exercice.

Cet exercice a permis de vérifier la mise en oeuvre du plan SATER par le déclenchement des procédures d’alerte entre les acteurs et la capacité de coordination entre le terrain, le COD en préfecture et le centre de recherche et de coordination de Lyon.

Enfin, il a également permis d’activer les cellules de crise locales et nationales des organismes impliqués et des pouvoirs publics et d’échanger des informations dans le cadre des dispositifs réglementaires et d’en tirer des enseignements.

DSC_4178web

--

DSC_4251web

--

DSC_4321web

--

DSC_4328web

--

DSC_4362web

--

DSC_4419web

--

DSC_4490web