Actualités

Inauguration après restauration de l’Église Saint Dominique et Notre Dame du Suffrage

 
 
Inauguration après restauration de l’Église Saint Dominique et Notre Dame du Suffrage

Samedi 16 juin 2018, François Lalanne, sous-préfet de l’arrondissement de Nîmes, secrétaire général de la préfecture du Gard, a participé à l’inauguration après restauration de l’Église Saint Dominique et Notre Dame du Suffrage, située dans le quartier du Chemin Bas d’Avignon à Nîmes.

À l’invitation de Monseigneur Robert Wattebled, évêque de Nîmes, cette cérémonie a rassemblé de nombreux élus, membres des instances œcuméniques et interreligieuses ainsi que les partenaires de ce projet de restauration. Après le dévoilement de la plaque inaugurale, une visite de l’ensemble du bâtiment, commentée par M. Eric Grenier, architecte, a clôturé cet évènement.

Historique : l’œuvre de Joseph Massota

Émule du Corbusier et de Niemeyer, l’architecte Joseph Massota (1925 -1989) qui est l’auteur, qui est l’auteur de nombreuses réalisations dans le Gard et toute la France, a conçu une église en forme de barque, d’amande ou de poisson, selon la sensibilité de chacun, s’opposant aux formes parallélépipédiques du quartier.

Mêlant symbolique chrétienne et régionale, le bâtiment « une église en béton avec beaucoup de lumière et de verre », est composé d’un soubassement en béton brut contenant plusieurs salles de réunion et une chapelle. Située à l’étage, la nef est desservie par un escalier monumental. Ses murs sont constitués de blocs de béton préfabriqués disposés en quinconce ; formant une résille lumineuse grâce à des verres colorés obturant les intervalles.

Accolé sur le côté ouest de l’édifice, le baptistère est conçu comme une entité hexagonale. À l’est, une construction quasi symétrique forme l’entrée principale de la nef. Ces deux accès sont desservis par des passerelles surplombant un cloître et donnant sur l’escalier extérieur. Le bâtiment se termine à ses deux extrémités par de grands vitraux verticaux, formés de dalles de verre aux dessins abstraits qui ont été réalisés par Jean Gineyts. Le bénitier et le baptistère en béton, les vitraux de ce dernier, et la Croix de Camargue placée sur le grand escalier extérieur, sont respectivement les œuvres de Paule Pascale, Dominique Gutherz et Daniel Souriou.

Soutien de l’État :

Depuis 2015, la DRACdirection régionale des affaires culturelles Occitanie, service de la Conservation régionale des monuments historiques, a accompagné les travaux de restauration de l’église Notre Dame du Suffrage et Saint Dominique à Nîmes, protégée au titre des monuments historique depuis 2002.

Ces travaux, souhaités par l’association diocésaine, avaient pour but de sauvegarder et mettre en valeur ce patrimoine mais également contribuer au bien commun du quartier.

Ils ont ainsi permis la réhabilitation de l’édifice, la mise aux normes d’accessibilité, la restauration du baptistère et des vitraux.

Le montant de la subvention de l’État est de 388 868 €, sur deux tranches, soit 25 % du montant des travaux éligibles.

suffrage_n

-

IMG_2269