Actualités

Les risques naturels et la sécurité civile à l’ordre du jour en Préfecture

 
 
Les risques naturels et la sécurité civile à l’ordre du jour en Préfecture

Mercredi 2 septembre, Didier Martin, Préfet du Gard a présidé une réunion d’information sur les risques naturels et la sécurité civile afin de faire, comme à chaque rentrée, le point sur le risque inondation à l’approche de la saison potentielle des intempéries.

Réunissant en préfecture les membres de la Commission départementale des risques naturels majeurs (CORDERINM) et du Conseil départemental de la société civile (CDSC), la réunion a permis de dresser le bilan des intempéries de l’automne 2014. Météo France a rappelé que le département avait connu l’an passé neuf épisodes majeurs durant lesquels le niveau de pluie tombée dépassait le seuil critique des 200 mm en 24 heures.

Dans son introduction, le Préfet du Gard a mis en avant la « réactivité de la procédure de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle » et l’important effort de solidarité nationale qui avait suivi les intempéries de l’année 2014.

 C’est en effet plus de 12 millions d’euros de crédits, soit la totalité de la dotation octroyée par l’État au Gard, qui ont été injectés dans les trésoreries des collectivités territoriales en réparation des dégâts causés, par les inondations, sur leurs biens non assurables.

Saluant le professionnalisme des services de secours alors que la saison des feux de forêts touche à sa fin, le Préfet du Gard a ensuite souligné la bonne avancée du transfert de la base avions de la Sécurité civile à Nîmes-Garons, prévu pour le printemps 2017.

 Le Préfet a enfin insisté sur « l’importance de préserver la culture du risque gardoise » qui, à chaque intempérie, permet au citoyen d’être acteur de sa sécurité et de limiter les dommages. A ce titre, le Préfet a rappelé la mission sur la sécurité civile et sur la culture du risque confié par le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, au président du service départemental d’incendie et de secours (SDISService départemental d'incendie et de secours) du Gard.

 En ce début d’automne qui marque l’entrée du département dans une nouvelle période à risque, les intervenants ont également fait le point sur les dispositifs de prévention des inondations. A ce jour, plus de la moitié des communes du département ont rédigé des plans communaux de sauvegarde afin d’organiser l’intervention des secours. Parallèlement, ce sont 156 communes qui sont désormais dotées de plans de prévention des risques d’inondation « seconde génération », c’est-à-dire adaptés au niveau de la crue exceptionnelle de 2002.

DSC_3328 (640x426)