Actualités

Lutte contre la surpopulation de sangliers

 
 
Lutte contre la surpopulation de sangliers

Mardi 26 septembre 2017, Didier Lauga, préfet du Gard, a présenté le bilan des actions conduites depuis un an, par l’État et le monde de la chasse, pour réduire la surpopulation de sangliers dans le département.

Pour la saison 2016-2017, le tableau de chasse gardois s’élève à plus de 40 000 sangliers tués. À titre comparatif, au début des années 1970, 1 000 sangliers étaient abattus pour une même période.

Cette surpopulation entraîne pour principales conséquences des risques pour les particuliers (3 accidents mortels en 2016, des collisions routières ou ferroviaires, des intrusions en milieu périurbain…) et des dommages importants aux cultures. 850 000 euros d’indemnisations ont été versés en 2016.

Les dégâts les plus importants et répétés sont essentiellement concentrés sur une vingtaine de communes situées autour de l’Uzège (Aigaliers, Barjac, Belvezet, La Bruguiere, Capelle et Masmolène, Clarensac, Fourques, Gourdargues, Lussan, Montpezat, Pouzilhac, Sabran, Saint Just et Vacquieres, Saint Mamert du Gard, Sainte Anastasie, Sauve, Serviers Labaume, Vallerargues, Valliguières, Verfeuil).

Cette situation s’explique notamment par :

  • la volonté de certains territoires de chasse de maintenir un gibier important,
  • la réduction du nombre de chasseurs et le vieillissement des effectifs pratiquants ;
  • le développement des friches qui offrent une meilleure protection au sanglier ;
  • l’existence de territoires interdits de chasse qui constituent des zones refuge ;
  • des hivers plus doux, favorables à la reproduction de l’espèce.

L’atteinte des objectifs de réduction des populations repose en premier lieu sur l’action des chasseurs au niveau local. Le code de l’environnement confie, en effet, aux chasseurs la responsabilité de l’équilibre agro-sylvo-cynégétique.

En 2017, afin de réduire de façon drastique les populations de sangliers, l’État a mis en œuvre :

  • une démarche partenariale avec la fédération départementale des chasseurs du Gard, la chambre d’agriculture, l’ONCFSOffice national de la chasse et de la faune sauvage, la louveterie… ;
  • la levée des zones d’interdiction de chasse non justifiées ;
  • l’interdiction du nourrissage du sanglier (depuis le 30 août 2017) ;
  • une dérogation au droit national sur 68 communes du département, autorisée par le ministère de l’environnement à titre expérimental, permettant de tester deux nouveaux modes de destruction (chasse à l’affût et à l’approche du 1er avril 2017 au 31 mai 2017 et le piégeage par cage du sanglier) ;
  • une ouverture maximum des périodes de chasse à droit constant ;
  • l’action renforcée des lieutenants de louveterie sur 24 communes depuis le 1er mars.

Les premiers résultats de l’ensemble de ces mesures sont encourageants. Les expérimentations se poursuivront jusqu’en avril 2018.

 M. le préfet du Gard a salué l’actions des douze lieutenants de louveterie et a remis, à cette occasion, les insignes de chevalier dans l’Ordre du Mérite Agricole à deux d’entre eux, José Iglesias et Jean-Pierre Roulet.